Embrasse L Islam

Embrasse L Islam

Le projet de mosquée avance à Sens

zouagi.jpg
L’Association cultuelle et culturelle de Sens et sa région a acheté à la commune un terrain pour y édifier une nouvelle mosquée à Sainte-Béate.

Initiée par la municipalité Daniel Paris (PRG) en 2012, la vente a été signée le 20 mars dernier par son successeur, Michel Fourré (DVG), à la veille du premier tour de scrutin des élections municipales. Marie-Louise Fort (UMP), par souci de « continuité républicaine », a indiqué qu'elle ne reviendrait pas sur la vente du terrain.

L'Association cultuelle et culturelle de Sens et sa région est donc désormais propriétaire d'un terrain de près de 5.000 mâ dans le quartier Sainte-Béate. Terrain sur lequel elle projette depuis déjà plusieurs années de construire une nouvelle mosquée, plus grande, plus accessible, et surtout dotée d'un nombre suffisant de places de stationnement. Car l'actuel lieu de culte a trouvé ses limites. Les fidèles s'y sentent à l'étroit et les riverains souffrent d'inévitables nuisances (lire par ailleurs).

De 300 à 500 fidèles actuellement,au 15, rue Marcellin-Berthelot, un lourd portail de fer ouvre sur une cour en pavés autobloquants et béton désactivé. Un bâtiment bas, en L, accueille depuis 1999 les croyants cinq fois par jour, de l'aube au coucher du soleil. Il comprend une grande salle dédiée au culte, entièrement couverte d'épais tapis. Des rayonnages sont garnis d'exemplaires du Coran, en français, en arabe littéraire, en turc, mis à la disposition des fidèles. Une salle est prévue pour les femmes, des pièces pour les rencontres et les cours d'arabe qui ont lieu les samedi et dimanche matin. L'imam dispose d'un logement sur place. Sur la porte qui mène à la salle de prières, une inscription en arabe. « Il n'y a qu'un seul Dieu » traduit le président de l'association, Ali Zouaghi.

 

« Nous accueillons de 300 à 500 fidèles. Il faut parfois se serrer un peu, mais ce qui pose principalement problème, c'est la capacité de stationnement qui est limitée. Notre religion demande de ne pas nuire à ceux qui nous entourent. »

L'Association cultuelle et culturelle assure entretenir de bons rapports de voisinage avec les riverains. Mais la cour ne permet de garer qu'une vingtaine de véhicules. Le stationnement peut vite devenir anarchique dans le quartier, quand bien même de nombreux fidèles viennent à pied.

 

Malgré les efforts déployés, les riverains sont confrontés à l'envahissement des trottoirs et au bruit généré par l'arrivée et le départ des croyants pour les cinq prières quotidiennes - la première très tôt le matin, la dernière tard le soir -, avec un pic de fréquentation lors de la prière de 14 heures le vendredi.

 

Aucune date
n'est fixée
pour le début
des travau.

 

Ali Zouaghi n'entend toutefois pas se précipiter. Sur le terrain récemment acquis grâce aux dons des fidèles sera érigée une nouvelle mosquée. Aucune date n'est encore fixée pour le début des travaux. « Pour l'instant, notre mosquée est suffisante. Nous ne prions pas dans la rue. Celle que nous voulons sera adaptée à nos besoins. Elle pourra accueillir au moins 600 fidèles. Et nous aurons de grands parkings. Mais une mosquée est un lieu public, il faut respecter des normes, nous allons prendre notre temps pour bien faire. »

Le dossier a été confié à un architecte « qui a déjà construit plusieurs mosquées. C'est lui qui nous dira combien cela va coûter. Nous lui avons demandé de prévoir une grande salle de prière au rez-de-chaussée, des classes à l'étage pour les gamins et les cours de langue. »

« La construction de la nouvelle mosquée sera financée uniquement par les dons des fidèles » assure Ali Zouaghi. S'il le faut, les locaux, propriété de l'association, seront vendus.

 

copié de l'yonne républicaine



28/05/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres